Ce n'est pas toujours la literie vieillissante qui empêche les séniors de bien dormir (on conseille malgré tout de changer de literie régulièrement et d'opter pour un oreiller naturel qui épouse les formes du corps). On ne le sait pas toujours mais le cycle du sommeil varie selon l’âge de la personne concernée. Un nourrisson n’a pas le même cycle qu’un enfant ou qu’un adulte. Le temps de sommeil nécessaire est différent. Les troubles du sommeil ont tendance à apparaître avec l’âge, et cela est généralement dû à des facteurs comme la maladie ou le changement de rythme de vie.


Principaux changements chez les séniors en terme de sommeil

  • La durée du sommeil varie relativement peu, par contre, c’est sa qualité qui est altérée. Le sommeil comporte des cycles de 90 minutes mais il est souvent plus léger. En fait les séniors ont plus de mal à rentrer dans le sommeil profond, qui est le plus réparateur. Le délai moyen d’endormissement est le même que celui des jeunes adultes, c’est-à-dire 20 minutes, en revanche, il y a plus de périodes d’éveil pendant la nuit, ce qui peut entraîner un manque de sommeil chez ces personnes.
  • D’autre part les personnes de plus de 50 ans sont plus sensibles aux bruits extérieurs, à la température extérieure qu’ils ont du mal à réguler s’il fait trop froid ou trop chaud, ou aux odeurs. Tout cela perturbe fortement la qualité de leur sommeil, ou plus particulièrement la perception que la personne âgée a de la qualité de son sommeil. En réalité, la personne peut avoir l’impression de manquer de sommeil mais dans de nombreux cas, elle arrive tout de même à récupérer, le temps durant lequel elle a dormi est suffisant. La plupart du temps, l’heure du coucher survient assez tôt (21h) et ce sont des personnes qui se lèvent généralement très tôt également (4h-5h du matin). Ils font généralement une ou plusieurs siestes durant la journée, ce qui compense relativement bien les multiples réveils pendant la nuit. Le repos se déroule en plusieurs phases.
  • Le vieillissement entraîne des perturbations de l’horloge interne car en général la vieillesse réduit la vision, ce qui fait que la réception de la lumière est plus faible. En fait c’est la lumière naturelle qui permet de régler son horloge interne, c’est-à-dire que lorsqu’il fait jour on sait que l’on est censé rester éveillé et quand la nuit tombe, la lumière faiblit et on reçoit le signal que l’heure de dormir est bientôt arrivée. De plus la personne âgée réduit ses activités physiques et sociales, sort moins, et est peu en déplacement, ce qui facilite les endormissements dans la journée, les siestes et les somnolences. Cela perturbe d’autant plus le sommeil nocturne. Le corps s’adapte à ce cycle du sommeil, malgré les réveils précoces et les nuits mouvementées, le sommeil est plus ou moins réparateur.

Troubles du sommeil les plus fréquents

Le plus souvent, on compte parmi ces troubles l’insomnie chronique, elle cause les problèmes d’endormissement et de réveils multiples pendant la nuit. Puis vient le syndrome d’apnées du sommeil (SAS) qui survient généralement quand on ronfle fort, ce syndrome provoque des troubles de la respiration. Ensuite, il y a le syndrome des jambes sans repos (picotements au niveau des jambes) et les hypersomniaques (quantité de sommeil anormalement longue, envie de dormir fréquente).

Conseils pour améliorer le sommeil des séniors


L’efficacité du sommeil diminue fortement chez le sénior, elle passe de 90% à 75% mais on peut améliorer cela. Il suffit de suivre quelques recommandations. Le meilleur moyen de mieux dormir quand on a plus de 60 ans est de ne pas se laisser aller, ne pas rester assis ou couché toute la journée. Si vous avez la possibilité de marcher, faites-le. Une activité physique est une bonne chose, mais n’en faites jamais juste avant d’aller vous coucher. Essayez de ne pas manger des repas lourds en soirée, cela risque de provoquer des difficultés d’endormissement. Il est conseillé de manger des sucres lents au dîner, cela favoriserait l’endormissement. D’autre part, il faut éviter d’avoir un matelas trop dur, cela a tendance à réveiller les douleurs chez les séniors.

Si vous n’arrivez plus à dormir à 5h du matin, il ne sert à rien de rester au lit, trouvez plutôt une activité à faire à la maison. Mais si vous souhaitez réajuster votre cycle sur celui des autres, et vous réveiller plus tard, il faut décaler votre heure du coucher

Pour ça, vous pouvez mettre une lumière plus forte le soir par exemple. Les médecins ont tendance à prescrire systématiquement des somnifères aux personnes âgées, mais il vaut mieux les éviter ou être prudent, car si vous en prenez pour qu’il ait un effet pendant toute la nuit, il est probable qu’au réveil, le somnifère soit toujours actif, ce qui peut éventuellement provoquer des chutes par manque de vigilance. Les benzodiazépines sont les somnifères qui perturbent le plus le sommeil naturel, mais heureusement ils sont les moins prescrits aujourd’hui.





Pour mieux dormir, en plus d'un bon oreiller naturel au sarrasin il faut avoir des heures régulières de lever et de coucher, mais ne surtout pas se coucher avant d’avoir sommeil ; en fait, le maintien d’une sorte de rituel faciliterait l’endormissement, c’est-à-dire faire tous les soirs avant de se coucher la même chose, pour préparer l’organisme.

Il faut réduire les siestes qui ne doivent pas dépasser 30 minutes, ne pas lire ou regarder la télé au lit. Certains conseils sont communs quel que soit l’âge, pour les gens ayant des troubles du sommeil, comme le fait de ne pas boire de stimulant avant de se coucher, avoir une bonne literie et la température adéquate (20-22°C) dans la pièce, la lumière éteinte, le moins de bruit possible. Si au bout de 30 minutes, vous ne dormez toujours pas, il est conseillé de sortir du lit pour faire une activité apaisante, comme la lecture ou écouter de la musique douce par exemple.

Le sommeil a une influence fondamentale sur l’espérance de vie. En effet des études ont montré qu’un temps de sommeil inférieur à 6h peut accroître le risque de développer du diabète, de l’obésité, de l’hypertension et donc cela augmente le taux de mortalité. En fait, la régulation de certaines hormones des êtres humains dépend du cycle veille – sommeil, c’est pour cette raison que dormir revêt autant d’importance.